Les maisons d'édition

Un guerrier ne renonce pas à ce qu'il aime, il trouve l'amour dans ce qu'il fait

– Dan Millman

Comment les distinguer ?

On recense en France plus ou moins 10 000 maisons d’édition selon le SNE (Syndicat National des Éditeurs). Un chiffre énorme quand on constate que nombreux écrivains ne trouvent pas de maison d’édition pour publier leurs écrits. Il faut savoir que n’importe qui ayant la passion du livre peut créer un jour une maison d’édition. Mais la production et la diffusion de livres ne font pas tout, la différence se fera sur la gestion de cette structure. Une connaissance du marché est essentielle pour survivre dans ce monde.

Aujourd’hui, on distingue deux types de maison d’édition : les maisons d’édition à compte d’éditeur et les maisons d’édition à compte d’auteur. Lorsqu’un auteur se lance dans l’aventure de l’édition, il se doit d’effectuer quelques recherches afin de cibler les maisons d’édition qui correspondent à son style d’écriture. Bien que le chemin peut paraitre beau et facile d’accès à première vue, il est en réalité long et semé d’embuches. Il vous faut donc faire très attention et préparer comme il se doit votre approche afin de ne pas être déçu du résultat ou de vous faire avoir par des gens malhonnêtes. 

auto

Les maisons à éviter

Lorsque vous effectuerez vos recherches afin de trouver une maison d’édition qui vous correspond, il vous faudra écarter certaines d’entre elles. Vous devrez mettre de côté celles qui prétendent être éditeur mais qui ne le sont pas à 100% et qui exercent une autre activité en parallèle. Une maison d’édition qui n’a pas de diffuseur est également à éviter car elle n’aura pas la possibilité de proposer votre ouvrage dans les différents points de vente. Ce qui n’est pas pratique pour promouvoir vos écrits. Il vous faudra regarder attentivement par quel(s) distributeur(s) elle passe et si celui-ci vous semble convenable ou pas.

N’ayez pas peur si l’éditeur vous pose un milliard de questions sur votre ouvrage, bien au contraire, c’est s’il ne le fait pas et qu’il vous propose de publier le plus rapidement possible votre livre qu’il faut se méfier. Ainsi, ne minimisez pas les réunions en présentiel ou téléphoniques. Ayez un maximum d’échanges avant de vous lancer. Enfin, le nombre d’exemplaires pour un premier tirage est important. On voit souvent qu’il ne faut pas y aller en dessous de 500 exemplaires car le réseau de distribution est très vaste. Cependant, n’oubliez pas que ce nombre sera à évaluer en fonction de la grandeur de la structure.

Maison d'édition

Les maisons d'édition à compte d'éditeur

On appelle les maisons d’édition à compte d’éditeur les maisons dites “classiques”. C’est à dire que l’auteur va avoir droit par contrat à une rémunération (droit d’auteur) qui se veut proportionnelle au nombre de livres vendus et qui généralement correspond à environ 6 à 10% du prix de vente hors taxe. Plus votre nom sera connu et plus ce pourcentage augmentera.

Les maisons d’édition à compte d’éditeur sélectionnent les œuvres qu’elles publieront parmi tous les manuscrits qui lui sont envoyés. Cette sélection se fait sur divers critères comme le genre, la qualité, la nouveauté, la notoriété de l’auteur, etc. De plus, la sélection est très petite et se fait en plusieurs tris. Dites vous que plus une maison d’édition est renommée, plus elle recevra de manuscrits. Les Gallimard, Flammarion ou autre Albin Michel sont très courtisés, mais sur les 1000 manuscrits qu’elles reçoivent, elles n’en sélectionneront qu’une dizaine au final. Alors ne vous découragez pas, cela ne veut pas forcément dire que vous n’avez pas de talent. Ciblez juste moins haut pour commencer. Aujourd’hui, le nombre important de maisons d’édition vérifie que tous les auteurs peuvent être publié. Ne vous laissez pas dire le contraire, personne n’aura contacté les 10 000 maisons existantes pour vous l’assurer

Après, faut-il encore accepter la notoriété de la maison aussi petite soit-elle. Mais cela dépend de chacun et de son niveau d’acceptation aux lettres de refus. Lorsque votre ouvrage est retenu par la maison d’édition, l’éditeur vous accompagnera tout au long de la conception de votre livre. Il sera présent pour vous conseiller et vous motiver en cas de difficulté.

Vous aurez de nombreux avantages à travailler avec une maison d’édition à compte d’éditeur. En effet, votre livre aura une visibilité minimale assurée car elle travaille généralement avec un diffuseur et votre livre sera proposé en librairie. Vous aurez la possibilité de travailler avec le crème de la crème de la grammaire et de l’orthographe, des artistes s’occuperont de votre couverture. De plus, votre manuscrit sera amélioré et vous progresserez en tant qu’écrivain car vous repèrerez vos maladresses et les corrigerez à l’avenir. Pratique. Quant à la promotion de votre livre, votre éditeur la financera entièrement. Vous n’aurez pas à mettre la main à la poche.

Vous vous en doutez certainement, il y a aussi quelques inconvénients à travailler avec une maison d’édition à compte d’éditeur. Pour commencer, vous devrez obéir sagement et approuver ce qu’il vous sera demandé. En d’autres termes, vous n’aurez pas toujours votre mot à dire. L’éditeur pourra, s’il le désire, changer la taille de votre livre, choisir la couverture sans vous concerter ou même changer le nom de certains de vos personnages. Vous devrez entrer dans sa ligne éditoriale et vous y conformer. Enfin, votre pourcentage de rémunération sera faible. Comptez 6 ou 7% pour vos débuts et espérez vendre beaucoup d’exemplaires.

Nous sommes notre premier lecteur, c’est à nous que nous écrivons avant toute chose

– Guillaume Fourreau

Les maisons d'édition à compte d'auteur

À l’inverse de celles à compte d’éditeur, les maisons d’édition à compte d’auteur ne prennent aucun risque financier. Ainsi, c’est l’auteur qui fournira la partie économique à la publication de son ouvrage. Cette forme d’édition est très souvent critiqué car certaines maisons profitent de l’envie et de l’enthousiasme d’un auteur à vouloir être publié afin de l’attirer dans ses filets. Attention, je ne dis pas qu’il faut les fuir. Certaines maisons d’édition font de l’excellent travail. D’autres en revanche…

Dans ce type de maison il n’y a pas vraiment de sélection. Quasiment tous les manuscrits reçus sont proposés à la publication. Pourquoi ne pas le faire puisqu’elle ne prend aucun risque financier ? Comme pour une maison d’édition à compte d’éditeur, vous signerez un contrat. Mais sachez qu’il s’agit le plus souvent d’un contrat d’exclusivité. Vous devrez attendre que celui-ci se termine pour traiter éventuellement avec une autre maison d’édition. Concernant la rémunération, elle se veut beaucoup plus élevée que pour une maison d’édition à compte d’éditeur. Vous pouvez espérer obtenir entre 25 et 30% du prix de vente hors taxe.

Cela à l’air très attrayant mais rester tout de même prudent. Calculer le nombre d’exemplaires que vous devrez vendre pour rentrer dans vos frais, renseignez-vous sur la maison d’édition et sur leur manière de travailler.

Maison d'édition

Les sommes que l’on peut vous demander sont variables en fonction de la maison à laquelle vous vous adresser. Oui, vous devrez payer cette prestation de service, car oui c’en est une. Vous faites appel à des prestataires en communication, graphisme, imprimerie, etc. Si vous choisissez ce mode de publication, demandez auprès de plusieurs d’entre elles avant de faire votre choix. Comparez les prix et les services fournis. Et en cas de choix définitif, n’ayez pas peur d’imposer vos volontés et de les secouer si vous n’êtes pas satisfait. Après tout, c’est vous qui payez. Alors obtenez ce que vous vouliez.

Vous aurez l’avantage d’avoir l’entière liberté de création car rien ne vous sera imposé. Vous aurez votre mot à dire dans les éventuelles retouches de votre texte, sur le choix de couverture. Cette fois-ci, pas besoin de rentrer dans le moule de la ligne d’édition car il n’y en a pas.

Concernant les inconvénients, vous devrez porter sur vos épaules la mauvaise image de ce type de maison, un travail d’édition pas souvent satisfaisant et une facture qui peut être élevée.

Sinon, il vous reste l'auto-édition !